Comment se passe un saut en parachute la première fois ?

comment se déroule un saut en parachute ?

Le saut en parachute est une pratique de sport extrême qui séduit de plus en plus de Français. Mais comment se passe un saut en parachute quand on est débutant ?

Qui peut faire du saut en parachute ?

En tant que discipline sportive extrême organisée par la Fédération Française de Parachutisme, le parachutisme ne peut évidemment pas être pratiqué par n’importe qui et dans n’importe quelles conditions. Tout d’abord, une bonne condition physique est requise, ainsi qu’un minimum de volonté et de courage pour faire face à cet évènement impressionnant qu’est le saut depuis un avion.

Est-ce qu’un enfant peut sauter en parachute ? Oui et non. En réalité, les sauts en soufflerie (donc en intérieur) sont ouverts dès l’âge de cinq ans, tandis qu’il faut avoir au minimum 12 ans pour du parachute ascensionnel, et enfin 15 ans pour pouvoir atteindre le graal, à savoir le réel saut en parachute.

En revanche, la pratique sportive du parachutisme est totalement déconseillée aux femmes enceintes, tout comme la plongée sous-marine. En tout état de cause, un avis de votre médecin vaut tous les conseils du monde que vous pourriez trouver sur Internet.

pour sauter en parachute, il faut une bonne condition physique

Les étapes d’un saut en parachute

Contrairement aux idées reçues, faire un saut en parachute s’avère plus simple que prévu, la démarche étant facile et à la portée de tout le monde – sous couvert de respecter les conditions énoncées ci-dessus. On pourrait décrire les étapes très simplement comme suivant :

  1. trouver une école de parachutisme : étape indispensable car la pratique est évidemment et heureusement très encadrée. Une école de parachutisme, c’est l’assurance d’avoir des moniteurs formés et diplômés qui sauront vous encadrer et tout vous expliquer, mais aussi des avions correctement entretenus (on y fait en général plus d’entretien et de révisions que sur une voiture, la sécurité étant la préoccupation principale ici), et de l’équipement de qualité (parachute, sangles, casques, etc.). Il existe en France des dizaines d’écoles situées sur les aérodromes du territoire, le plus simple est d’utiliser Google Maps ou la carte de la Fédération Française de Parachutisme pour les trouver : Bretagne, PACA, Région parisienne, il y en a partout ou presque y compris dans les DOM-TOM.
  2. participer au cours de préparation : une fois votre rendez-vous pris, on vous demandera très certainement de vous présenter à l’école quelques heures avant le décollage, car cette pratique reste avant tout un sport extrême, dans des conditions spéciales, encadré par un moniteur professionnel. La sécurité constituera une bonne partie de ce cours de préparation, dans lequel on vous expliquera tout dans les moindres détails, depuis le décollage jusqu’à l’arrivée au sol en passant par l’équipement et le déroulement du saut.
  3. un saut en solo ou avec un moniteur : les deux options sont possibles mais la plupart du temps on saute en tandem, avec un moniteur diplômé qui gère le saut, la direction de la descente, et l’atterrissage. On peut également suivre une formation spéciale pour sauter en solo dès la première fois mais la procédure est évidemment plus complexe. La plupart du temps, un baptême de saut en parachute se pratique « à la cool » avec un moniteur dans votre dos. Vient ensuite le moment du décollage en avion.
  4. le vol en avion : l’avion vous amène ensuite à une altitude variable selon les écoles et l’expérience des participants, mais pour un débutant cela se situe aux alentours de trois mille mètres d’altitude, le vol pour y arriver dure une petite vingtaine de minutes en général. Vient ensuite l’étape la plus sympathique, le saut.
  5. le saut en parachute : une fois que votre moniteur aura sauté de l’avion, c’est parti pour une chute libre dont il faudra profiter rapidement car elle ne dure en général qu’une petite minute maximum ! Ensuite, arrivé à 1 500 mètres d’altitude environ, votre moniteur va déployer le parachute et vous pourrez profiter pendant quelques minutes supplémentaires du paysage. En général les moniteurs aiment bien montrer le paysage alentours et expliquer ce que l’on peut observer : lacs, montagnes, etc. Cette étape du vol constitue une expérience absolument inoubliable.
  6. l’arrivée au sol : une étape apparemment anodine mais à laquelle votre professeur vous aura préparé tant elle peut s’avérer pleine de surprises. Il n’est pas inhabituel en effet qu’une petite poche d’air chaud vienne contrarier votre chute lente à quelques mètres du sol, et vous propulse en l’air comme un fétu de paille, pouvant entraîner une lourde chute à laquelle il faut se préparer pour ne rien se casser. Hé oui, on vous avez prévenu, le parachutisme reste un sport extrême et ce n’est pas pour rien.
  Tro Breiz : à la découverte des 7 Saints !

Sauter en parachute d'un avion requiert un minimum de courage :)

Sauter en parachute : une expérience inoubliable

Que votre vol et votre saut se passent à merveille ou que les surprises soient au rendez-vous, une chose est certaine : ce souvenir restera gravé dans votre mémoire toute votre vie !

Après votre premier saut, cette adrénaline que vous aurez ressenti vous donnera envie de recommencer. Un jour après, une semaine, un an, dix ans après, vous y reviendrez, c’est certain, car tous les autres sports vous auront semblé bien fades à côté d’un saut depuis un avion à 4000, 5000 ou 6000 mètres d’altitude ! Mais n’espérez pas battre le record de Felix Baumgartner : 39 000 mètres d’altitude, dont voici une belle vidéo pour terminer cet article !